Narratif éditions

    Toutes éditions culturelles et universitaires

 

Les autobiographies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi des autobiographies ?

Au cours des 50 dernières années, on a assisté à l’envahissement du territoire familial d’abord par la télévision puis par l’informatique et internet, des moyens d’information et d’échange qui mobilisent puissamment l’attention vers l’extérieur. Parce que ces fenêtres ouvrent sur le monde sans requérir du spectateur ou de l’internaute l’effort de sortir de chez soi, elles font facilement oublier l’environnement quotidien, l’environnement familial et, en conséquence, elles finissent souvent par phagocyter les relations intrafamiliales.

La mémoire familiale s’en trouve de moins en moins préservée. Le résultat est que lorsqu’on approche des cinquante ans, âge où s’intensifie le besoin d’un lien avec ses racines, on réalise souvent presque tout ignorer de ses ascendants. Ce que les parents racontent de leurs propres parents, de leurs grands-parents, et même de leur enfance, quand on est jeune on l’entend mais sans trop y porter attention. L’envie d’inventer et de vivre sa propre vie l’emporte sur l’intérêt que présente celle des autres, fût-ce celle de nos parents.

Ce blanc dans la mémoire est très frustrant.

Depuis vingt ou trente ans, cela a donné une forte impulsion à la généalogie. Mais celle-ci, en dehors des dates et des filiations, ne comble pas le besoin d’information sur le passé.
D’où l’intérêt des autobiographies. En quelques pages chacun peut laisser des informations essentielles qui permettront à ses descendants de savoir d’où ils viennent et ce qu’ont vécu ceux qui les ont précédés.
 

Qui est concerné ?

On voit paraître en librairie les autobiographies d’acteurs, de chanteurs qui n’ont guère plus de la trentaine. Aussi pourrait-on croire que tout adulte est concerné par le fait de se raconter.

Ce n’est bien sûr pas le cas, sauf pour des personnes qui ont, très jeunes, une vie si pleine, si riche, qu’elles ont, arrivées à la trentaine, vécu plus de choses et plus intensément que la plupart des individus en 60 ou 70 ans d’existence !

Ces exceptions mises à part, il faut en général, pour se raconter, avoir fait le chemin de quelque 40, 50, 60 ans de vie ou plus, avec le vécu, l’expérience, le recul que cela représente.

A partir de là, on peut porter sur le passé et le présent le regard qui sélectionnera puis réunira des informations essentielles et des souvenirs marquants pour former le fil de mémoire qui unira, de génération en génération, une personne à sa descendance.

 

Laisser une trace : presque un devoir

Nous considérons que laisser cette mémoire, la déposer sur papier de façon indélébile pour ceux qui vont nous suivre, est presque un devoir. Il n’est pas normal d’ignorer d’où l’on vient, d’ignorer quels facteurs ont modelé la vie de nos parents, grands-parents, arrière-grands-parents, d’ignorer quels évènements les ont portés vers tels lieux, telles activités, telles rencontres, autant d’influences dont nous portons peut-être l’empreinte.

Les échanges familiaux qui se font oralement sont aujourd’hui trop réduits et il en résulte un manque-à-savoir, une carence d’information très restrictifs pour l’épanouissement de la personnalité. Se confier par écrit et animer ainsi le fil qui relie une génération à l’autre rétablit l’équilibre, avec pudeur, de façon intime mais toujours prenante. D’autant plus que l’on sait, que l’on ose, par écrit, se confier plus aisément qu’on ne le ferait oralement.

 

Un forfait pour des petites autobiographies

Pour ouvrir le projet à tous, nous proposons un forfait. Pour un livre de 100 à 120 pages environ (ce qui est suffisant pour réunir une grande quantité d’informations), si vous remettez un texte tapé sur ordinateur, avec peu de fautes, nous pouvons éviter des prix trop élevés et proposer un forfait de base de 1 000 euros, forfait comprenant :

  • la mise en page de l’ouvrage ;

  • la mise en forme du texte ;

  • 4 pages d’illustrations en couleur ;

  • la réalisation d’une couverture ;

  • l’impression du livre en 100 exemplaires et sa livraison.

Il ne s’agit pas ici d’ouvrages qui seront vendus en librairies car la plupart des libraires, confrontés à la concurrence féroce d’Amazon, refusent ces livres d’auteurs inconnus.

Mais l’auteur pourra lui-même, très aisément, mettre son livre en vente sur Amazon. Il pourra aussi le vendre par lui-même et rentabiliser ainsi son investissement (100 % du prix public lui revenant).

Et il ou elle pourra bien sûr offrir son livre aux membres de sa famille, à ses proches, à ses amis.

 

Ce projet de petites autobiographies permet de nombreuses variantes et adaptions personnalisées (un texte plus long, l’ajout d’illustrations, une couverture spécifique, plus de 100 exemplaires imprimés, etc.) moyennant un surcoût pour lequel un devis sera fourni.

 

 

 

 

 

 

 

Autre possibilité : vous racontez, nous enregistrons

Lorsqu’une personne souhaite éditer l’histoire de sa vie mais n’a pas les dispositions nécessaires, le goût ou le temps d’écrire, elle peut faire appel à un conseiller rédactionnel : sur la base d’une garantie de confidentialité, elle lui confiera ses souvenirs (cela peut se faire en présentiel, ou via Skype ou FaceTime) qui seront enregistrés puis transcrits, mis en style et en forme avant d’être édités.

Cette solution est l’une prestation que proposent les éditions Narratif. Le coût est alors un peu plus important et un devis est établi pour toute personne intéressée.

 

 

Un cadeau à se faire, un présent à offrir

Ce que nous pouvons vous assurer, c’est qu’une autobiographie, un récit de soi-même dont on fait un vrai livre, est toujours un bonheur pour celui qui se raconte ainsi. Ce présent, que l’on destine aux siens et qui est toujours très apprécié, est un beau cadeau que l’on fait aux autres mais aussi à soi-même.